Ils ne savent plus quoi faire de l’argent public dilapidé!

Pendant que la grande majorité des Burundais croupissent dans une pauvreté extrême, la clique des généraux en place à Bujumbura continue à dilapider les biens du pays. Le nom d’Alain-Guillaume Bunyoni a été longtemps cité parmi les plus grands brigands de la République mais certains de ses collègues ne sont pas épargnés par ce qu’il convient d’appeler désormais un fléau. Bien évidemment, Mutama 2, pour ne pas dire Alain-Guillaume Bunyoni, semble avoir compris avant les autres qu’il fallait investir dans des secteurs plus prometteurs tel que la communication et le carburant.

Le célèbre immeuble abritant les bureaux de la compagnie télécom Lumitel. Bunyoni détient d’importantes parts de l’immeuble et de la compagnie.

En effet, après avoir détourné l’argent de la police nationale et celui des militaires en mission de paix en Somalie, Bunyoni a acheté et construit plusieurs immeubles en mairie de Bujumbura dont celui abritant Lumitel, une entreprise de communication dont il détiendrait plus de 50% des actions, le CNDD-FDD détenant pour sa part 10 % des actions. On comprend dès lors pourquoi Bunyoni a toujours eu les ambitions de gérer le parti des “Bagumyabondo”, ceux qui gardent la bedaine bien remplie. Son ami feu Adolphe Nshimirimana, grand viveur toujours égal à lui-même, avait choisi de placer l’argent mal acquis dans les bistrots: “Iwabo w’Abantu”, “Iwabo w’Abasigaye” etc. C’est pour ne citer que ceux-là, les plus connus et les plus fréquentés par tous les courtisans du pouvoir. Mais il semble que depuis la mort du surnommé  “Muremure” (Adolphe Nshimirimana), les clients se vident du jour au lendemain, la source grands décrets et des grandes nominations n’étant plus là. Plus de raison donc de dépenser son argent sans un espoir de le récupérer grâce à une nomination quelque part dans l’administration publique ou para publique.

L’exemple de Bunyoni et Nshimirimana semble avoir inspiré l’autre général criminel Gervais Ndirakobuca alias Ndakugarika, originaire de Cibitoke. Depuis quelques années, il est en passe de devenir le premier propriétaire foncier à Cibitoke. Il s’est en effet accaparé illégalement d’une bonne partie de propriétés foncières publiques et privées de Rugombo, Murwi et Bukinanyana.  On estime à plus de 1000 hectares, la superficie des terres appartenant à Ndakugarika le terrible. Dans le viseur du ce criminel, se trouve actuellement la ferme de l’ancien député uproniste feu Stany

Un hôtel que Gervais Ndirakobuca, alias Ndakugarika, est en train de construire dans sa Commune de Bukinanyana. Le fond d’investissement provient de l’argent mal acquis. Ils ne savent plus où le planquer et ils investissent dans des projets aussi loufoques que mégalomaniaques.

Habonimana, RUGOFARM avec plus de 2500 hectares répartis sur la frontière entre la commune Rugombo et le Rwanda voisin. Nous apprenons que le courtisan Edouard Nduwimana dit “médiateur” et Monseigneur Antoine Madaraga membre de la CVR et ami de Pierre Nkurunziza tentent sans succès d’empêcher cette expropriation programmée dont la victime se trouve être un ressortissant de Kayanza comme les deux poulains de Nkurunziza.

Dans sa folie de grandeur qui le caractérise, Gervais Ndirakobuca vient de s’octroyer une autre propriété foncière à Ndora en commune Bukinanyana. Il a entrepris d’y ériger un hôtel formule 1 au grand mépris des voisins qui vivent dans une précarité indescriptible.  D’aucuns parmi les ressortissants de cette commune se demandent qui des Burundais ou des étrangers viendra passer une nuit dans un hôtel d’un si grand tueur. Difficile d’imaginer en effet  comment quelqu’un pourrait dormir tranquillement dans un hôtel de l’un des assassins d’Ernest Manirumva, des trois sœurs italiennes, des milliers de jeunes manifestants contre le troisième mandat illégal de Nkurunziza,…

Visiblement, ces malfrats ne savent plus quoi faire de l’argent volé au peuple. Sinon comment expliquer qu’un si haut gradé investisse dans le secteur le moins promoteur qui soit au Burundi. A cause de l’insécurité créée par ces mêmes généraux, presque tous les hôtels de Bujumbura ont fermé les portes, aucun touriste ne peut plus venir à Bujumbura mais malgré cela  Ndakugarika croit réussir là où les autres ont échoué. Mais quelle niaiserie tu fais preuve, cher Ndakugarika !

Une villa en construction à Bujumbura, propriété de Godefroid Bizimana. Un train de vie insolent sur fond de corruption qui tranche avec la misère des Burundais.

Comme pour rivaliser avec ses collègues généraux, Godefroid Bizimana, “alias Vurumayi dit Verema” s’est pour sa  part construit une villa avec piscine à Mabayi. Celle-ci est aujourd’hui louée par des ressortissants Russes venus dans cette commune pour piller tout l’or de cette commune que le gouvernement Nkurunziza vient de leur concéder en contrepartie d’une importante quantité d’armes fournie par le gouvernement russe. Cette villa venait de passer plus d’une année sans locataire. Le plus choquant dans tout ça, nous explique un habitant de Mabayi, c’est que pendant que l’eau est acheminée dans la piscine à longueur des journées, les voisins du général peinent à trouver une goûte pour satisfaire leurs besoins en eau potable. Qui vivra verra !

2 Comments on “Ils ne savent plus quoi faire de l’argent public dilapidé!”

  1. Tout a un début et une fin, ça nous enseignera à aimer notre pays et prendre soin d notre patrie jalousement parce que nous savons à quel point c’est difficile de vivre quand il est dans les mains des gens comme ceux cités là-dessus.
    Que Dieu ns vienne en aide!!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *