Bye bye la Force de Défense Nationale et la Police Nationale du Burundi! Bonjour la Milice!

La photo de garde illustre bien ce que beaucoup savaient sans doute mais souvent démenti par la clique au pouvoir à Bujumbura. Des Imbonerakure en uniforme de l’armée ou la police, des Imbonerakure armés et encadrés par des hauts gradés de la Force de Défense Nationale (FDN) et de la Police Nationale du Burundi (PNB) au vu et su des responsables des forces de défense et de sécurité. Il y a plus de dix, alors que bon nombre de dirigeants actuels étaient au maquis, l’armée de l’époque était qualifiée de mono-ethnique. Lorsque certains parmi eux avaient pris le choix des armes pour se faire entendre, ils voulaient que le Burundi soit doté entre autre d’une armée et d’une police qui protègent tous les citoyens sans distinction et sans partialité. Hélas, tout n’était finalement que mensonge au regard des réalités actuelles. Pourtant, l’Accord d’Arusha et la Constitution de Mars 2005 avaient permis de mettre en place des forces de défense et de sécurité neutres et rassurantes pour tous les Burundais. Pour une fois dans l’histoire du Burundi, celles-ci ont été sollicité par la communauté internationale pour partager leur expérience dans les missions de paix à l’extérieur du pays.

A chaque moment une identité et une uniforme différente : Un imbonerakure en tenue du parti CNDD-FDD. En mission pour pourchasser les opposants et les tuer, il devient soldat et arbore la tenue militaire de la Force de Défense Nationale (FDN)

Tout bascule avec la volonté manifeste de Nkurunziza et ses acolytes de s’éterniser au pouvoir à travers la violation des principaux instruments qui jusque-là avaient permis la stabilité du pays pendant quelques dix ans. Face à une armée et une police neutres, soudées et professionnelles, Nkurunziza et son sérail n’auraient pas osé piétiner la loi fondamentale au mépris de toute la communauté nationale et internationale qui n’a cessé de le lui interdire. En réalité la militarisation croissante des Imbonerakure au lendemain des élections de 2010 n’avait qu’un seul but: faire émerger une milice  du parti qui pourra le moment venu voler au secours de Nkurunziza et ses courtisans. Seuls Pierre Nkurunziza, Adolphe Nshimirimana et Alain-Guillaume Bunyoni avaient visiblement la main mise sur ce qu’il convient d’appeler une force parallèle à la FDN et à la PNB. Ainsi, à Kiliba Ondes ou dans la chasse aux FNL de Rwasa, les Imbonerakure étaient en mission commandée par le trio haut cité. A Cibitoke, dans les communes Buganda et Murwi, au mois de décembre  2014, ce sont les Imbonerakure soutenu par quelques militaires et policiers choisis dans des unités à dominance FDD qui ont sauvagement massacrés la centaine de rebelles venus du Congo voisin à la veille du nouvel an 2015.

Il faut dire que la situation actuelle résulte d’un long processus qui a commencé avec l’opération “Safisha” (ou nettoyage en swahili) qui visait essentiellement des militants du FNL et tout autre membre ou sympathisant de l’opposition politique. L’élection ou plutôt la nomination d’un haut gradé en l’occurrence le Général Evariste Ndayishimiye à la tête du CNDD-FDD n’avait en définitive qu’un seul but: affiner et parachever le processus de militarisation des Imbonetakure quitte à en faire des auxiliaires de la police et de l’armée sous les ordres du parti Etat CNDD-FDD. C’est le genre d’organisation qu’on trouve chez les SS d’Adolphe Hitler. Ces derniers qui dépendaient directement du Führer, ont été armés depuis 1933, ils avaient pour mission la surveillance de tout l’intérieur du territoire allemand tandis que l’armée s’occupait de la surveillance extérieure. N’est-ce pas la réalité du Burundi d’aujourd’hui ? Il importe de signaler qu’au-delà du souci de constituer une force parallèle et facile à manipuler, Nkurunziza compte faire d’une pierre deux coups: en finir avec les quotas ethniques au sein de l’armée et la police à travers  cette “nouvelle armée” qui sera mise en place par le seul CNDD-FDD qui ne veut plus de l’accord d’Arusha. Mais l’histoire nous apprend que toutes les dictatures qui ont agi de la sorte étaient aux abois, leur chute était imminente.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *